Informations pour l’action, Cristal change les relations chercheurs et acteurs

E-mail Print PDF

Par Mohamed GUEYE

Les chercheurs sont priés de ne pas seulement diagnostiquer le mal et de proposer les solutions. Comme à Banjul, ils doivent s’impliquer dans la mise en œuvre des solutions.

Cette expérience a été l’occasion pour quatre organisations, la Stockholm Environment Institute, (SEI), l’International Institute for Sustainable Development (IISD), Le CIFOR et ENDA Tiers Monde, de mettre en œuvre un outil dénommé CRISTAL, qui selon ses concepteurs, sert à l’identification des risques liés aux changements climatiques au niveau des communautés de base, et aux moyens mis en œuvre par les popilations pour s’y adapter. Comme dit par ses initiateurs, il s’agissait, au départ, de développer les capacités des acteurs à la base.

A Banjul, Enda Tiers Monde a été maître d’œuvre de l’application de l’outil sur le terrain. M. Secou Sarr, qui a été à la base de ce programme, a indiqué que la zone d’action été un quartier de la capitale gambienne, Banjul, qui souffre des certains effets des changements climatiques.  Cristal,  qui présente les différentes informations sur des tableaux utilisant Microsoft Excel, permettait aux chercheurs ainsi qu’aux utilisateurs, de donner leur perception des aléas climatiques auxquels ils sont confrontés, et les différentes stratégies de réponse qu’ils ont mis en place.

L’instrument a permis aussi de voir la viabilité et la durabilité des éléments de réponse développés par les acteurs, et la possibilité de répliquer les plus viables. Mais M. Sarr a ajouté qu’une fois tous ces constats faits, le rôle des chercheurs ne se limitait pas à constater les dégâts et à indiquer aux populations les voies de sortie de crise. Il s’agissait, pour en finir avec le paradigme dominant, pour les chercheurs, de s’associer avec les décideurs pour voir l’efficacité des solutions préconisées.

«Nous voulions en finir avec l’éternelle question des populations à la base, qui nous demandent ce que nous leur offrons une fois établi le diagnostic sur leur mal. Nous voulions leur montrer qu’il existait des solutions et qu’après avoir aidé à trouver le mal, les chercheurs pourraient également contribuer à le combattre».

Depuis Banjul, Cristal, dont il est dit qu’il a été développé en 2007, en réponse  à l’initiative primaire, qui portait sur les Changements climatiques et les moyens d’existence des populations, a été testé au Mali, au Bengladesh, en Tanzanie, au Sri Lanka, entre autre pays.

 

Facebook


ZFacebook - Free Version
  • Photo Title 1
  • Photo Title 2
  • Photo Title 3
  • Photo Title 4
  • Photo Title 5