Le Groupe africain pour un futur régime climatique équitable

E-mail Print PDF

Moustapha SENE

Les politiques, enfin sur les pas de la Société civile ?


Les ministres africains réunis depuis dimanche au Albert Luthuli  International convention center (Icc) de Durban où se tiennent les travaux de la 17eme Conférence des nations unies sur le climat, ont décidé de renforcer ce qui était leur position commune adoptée  à Bamako en le 11 septembre 2011. Cela en vue de faire de sorte que l’issue finale de la COP 17 soit marquée par un deuxième accord ambitieux  faisant suite au Protocole de Kyoto et qui qui puisse traduire concrètement dans la faits le Plan d’actions de Bali et donner une solution acceptable a la question du financement Climat et de sa gouvernance.
Lors du point de presse tenu ce lundi 5 décembre 2011 à la salle « Yellowwood » du ICC, le Président du groupe Afrique M. Tosi Mpanu Mpanu et son collègue Seyni  Nafo, ont insisté sur ce qui , aux yeux des ministres, justifie leurs choix .
Les ministres africains en charge du dossier « Climat »  semblent ainsi prendre compte ce que la Société civile africaine et des ONG internationales qui la soutiennent ont moult fois répété, depuis près de dix jours, ici à Durban concernant l’urgence plus pressante que jamais de trouver une juste et équitable réponse à la question de la nécessaire redéfinition, d’un futur régime climatique adopté par l’ensemble des pays du monde.
Ce sentiment que renforce la proximité de l’échéance de la fin de la première période d’engagement au titre du protocole de Kyoto en 2012, les membres du réseau Climate action network international (CAN) l’avaient encore exprimé le samedi 3 décembre dernier devant la presse internationale réunie à la salle Kosi Palm.
Le message unanime  porté par les différents acteurs et dont les ministres africains se font aujourd’hui l’écho pourrait se résumer à ceci. A savoir que les changements climatiques sont  devenus un enjeu global qui focalise de plus en plus l’attention de la communauté internationale devant l’irréfutabilité de la contribution de l’homme à l’augmentation des températures observée ces dernières décennies. Et que les arguments développés par ceux qui portent dans ces négociations  ont pour socle les résultats scientifiques produits par le Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat (Giec).
Il a été admis en effet, depuis le  Sommet de Rio en 1992, que les changements climatiques au niveau mondial, sont caractérisés par des modifications du climat liées directement ou indirectement à l’activité humaine et qui s’ajoutent aux variations naturelles. L’importance des causes anthropiques, souligne le rapport de synthèse sur les Changements climatiques d’après l’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat en 2001, a été mise en évidence par différents scénarii intégrant des observations sur plusieurs décennies.   
Selon les spécialistes, la cause anthropique de ce réchauffement climatique résulterait de l’augmentation des gaz à effet de serre (Ges) dont les émissions d’oxyde de carbone, les émissions d’oxyde nitreux, les émissions de méthane et les émissions de gaz fluorés  qui résultent de l’ industrialisation et de la déforestation. C’est-à-dire d’un développement peu soucieux de l’environnement et de la préservation des ressources naturelles pour les générations futures dont les pays industrialisés qui sont plus grands pays pollueurs sont  les premiers responsables.
« Les pays développés, parties au Protocole de Kyoto doivent honorer à travers un accord ambitieux sur la mitigation sur une seconde conséquente période. Ils doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour au moins 40 pour cent d’ici à 2050 par rapport à l’année de référence qu’est 1990.Et cela dans l’esprit bien compris d’une contribution appropriée et équitable de ces pays aux  négociations actuelles sur le changements climatiques », a conclu le négociateur en chef du Groupe africain.

 

Facebook


ZFacebook - Free Version
  • Photo Title 1
  • Photo Title 2
  • Photo Title 3
  • Photo Title 4
  • Photo Title 5