QUALITE DE L’INFORMATION: Des formations à tout-va

Au-delà des dispositions juridiques qui garantissent la liberté de presse et l’accès à l’information, les médias guinéens ont un défi à relever : celui de la qualité. En matière de respect de l’éthique et de la déontologie, mais aussi dans l’amélioration des contenus rédactionnels les chantiers sont vastes. Beaucoup d’acteurs y travaillent, dans le sens de mieux faire prendre en charge leurs responsabilités par les journalistes guinéens.

Se positionnant comme des acteurs importants du changement social, organisations professionnelles des médias et société civile coopèrent pour se renforcer mutuellement. Les partenariats qu’ils ont initiés avec des Ong internationales leur permettent d’engager des séries de formation.

Search for Common Ground s’investit ainsi dans le domaine de la construction de la paix à un moment où la Guinée connaît des moments de tension politico-sociale récurrents. De son côté, le Centre du commerce international pour le développement (Cecide) s’emploie à permettre aux journalistes d’accéder à des informations importantes sur la gestion des ressources naturelles et minières et à comprendre les enjeux liés aux industries extractives. Famedev s’investit dans un meilleur traitement médiatique du Vih/sida et des questions de genre.

S’inspirant de la Charte du Kouroukan Fougan ou Charte du Mandé, le Centre Fepca travaille aussi avec les journalistes dans un projet dénommé « Sous le Baobab », afin de mieux prendre en compte les femmes dans l’information.

De nombreuses autres initiatives existent, qui complètent ces actions. Kadiatou Diallo

Leave a Reply