(FR) Développement durable : Le Niger veut mener le combat de la justice climatique

E-mail Print PDF


Au regard des défis socioculturels et environnementaux actuels, de fortes attentes sont apparues de la part de la société civile du monde entier. Celles de l’Afrique et du Niger ne sont  pas restées  en marge.Présente au sommet des peuples, la société civile nigérienne  souhaite mener un combat  de la justice climatique. «  Nous sommes venus pour apporter notre contribution pour une gestion durable des ressources génétiques. Nous voulons partager nos connaissances avec les autres.  Nous voulons savoir comment les autres arrivent à réconcilier cette gestion des terres, changements climatiques et autre…Parce que dans beaucoup de pays africains, sous le fallacieux prétexte investissement, des investisseurs envahissent nos terres et apportent des semences fastidieuses qui contaminent l’environnement » a soutenu Kanni Abdoulaye de la coalition pour la protection du patrimoine génétique africaine.

Le Niger, plus que n’importe quel pays de la planète, vit les conséquences multiformes de ces enjeux. Dès lors, la contribution de ses acteurs sociaux est plus qu’attendue.Les attentes sont grandes et il faut réagir le plus vite possible. « Nos attentes pour ce forum  des discutions sincères entre états. Que nos pays ne soient pas appeler a contracter des dettes climatiques. Nous voulons une justice climatique entre état »  dit-il

 

Draft RIO +20 & Délcaration


_________________

  Supported by the Bill & Melinda Gates Foundation  

La une video RIO+20

Sur les réseaux sociaux

Suivez Flamme d'Afrique

 


Partenaires à la diffusion



Statistics

Members : 53
Content : 48
Web Links : 6
Content View Hits : 37630

Nombre de visiteurs

We have 13 guests online

  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012