(FR) Rio+20 : certains africains satisfaits des questions abordées

E-mail Print PDF


La participation de l’Afrique à la conférence internationale des nations unies sur le développement durable est satisfaisante selon certains membres des différentes délégations présentes à Rio de Janeiro.
Ouvert depuis hier, la conférence de R+20 regroupe plus de 130 chefs d’état et de gouvernement  qui se réunissent  en tables rondes pour étudier comment mettre en œuvre les résultats de la conférence, couchés dans un document final.

La participation Africaine a été magnifiée par certains participants même si beaucoup de choses reste a faire. « C’est une participation satisfaisante dans la mesure où les questions qui ont été abordées    sont des questions essentielles de souveraineté et développement durable.

Vous savez que la planète souffre à cause de nos comportements. Aujourd’hui il faudrait que des actions concrètes soient prises en compte  parce qu’il y a eu uniquement des engagements qui ne sont pas concrètes. Si on ne revient pas sur les vrais débats on peut dire que la conférence de Rio sera un échec et la planète va continuer à être agressée  » prévient  Zakaria Sambakhé coordonnateur de International Food Security Network à sa sortie d’une présentation.
Plus de 283 engagements ont été pris depuis le debout des discussions. Mais selon Zakaria, beaucoup de questions concrètes qui concernent l’Afrique n’ont pas été évoquées.
«  J’ai été invité pour appuyer  le processus  des nations unies  qui veut mettre en place un conseil spécial pour les jeunes. Si c’est par rapport à cela, le bilan est positif  Au-delà des droits de l’homme, je me dis que Rio+20 est une conférence qui a regroupé plusieurs chefs d’état et  j’espère que les contributions  africaines  seront mises en œuvre  pour le bénéfice de la planète» soutient Awa Innocent du Cameroun.
« Si nous ne réussissons pas à résoudre le problème de développement non durable, nous compromettons notre avenir et celle des générations futures. Ne gâchons pas notre chance de choisir le type d'avenir que nous voulons… tant qu'il est encore temps. Et l’Afrique a montré qu’elle peut peser sur des décisions précises »  dira  un membre de la délégation ougandaise. « Entre 70 et 85% des possibilités de stimuler la productivité des ressources se trouvent dans les pays en développement.» Pour lui, «  si l’Afrique  parvient à exploiter son  capital naturel dans une optique durable, elle pourra être l’une des grandes gagnantes de demain. »

Les chefs d’états doivent fournir  à la fin du sommet un document commun prenant  en compte la préoccupation de toute une planète. L'un des résultats escomptés de Rio est l'introduction de la durabilité dans les rapports annuels des grandes entreprises privées cotées en bourse avec, le cas échéant, l'obligation d'expliquer pourquoi elles ne le font pas.

 

Draft RIO +20 & Délcaration


_________________

  Supported by the Bill & Melinda Gates Foundation  

La une video RIO+20

Sur les réseaux sociaux

Suivez Flamme d'Afrique

 


Partenaires à la diffusion



Statistics

Members : 53
Content : 48
Web Links : 6
Content View Hits : 37524

Nombre de visiteurs

We have 2 guests online

  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012
  • RIO 2012